J'ai mal au genou, est-ce de l'arthrose ?

Comment savoir si la douleur que je ressens au genou peut être en rapport avec une arthrose ?

L'arthrose est une affection articulaire non inflammatoire touchant le cartilage et entrainant petit à petit son usure et sa disparition. C'est une maladie douloureuse et invalidante entrainant un enraidissement et une limitation des mouvements. Les douleurs qu'elle entraine sont de type mécanique, à savoir : grossièrement calmées par le repos et augmentées par l'effort. Elle ne s'accompagne d'aucun signe biologique classique d'inflammation, ce qui la différencie des affection rhumatismales inflammatoires comme l'arthrite qui s'accompagne, elle, de douleurs à recrudescence nocturne, mal calmées par le repos avec une période de dérouillage matinal très importante, de stigmates biologiques d'inflammation dont une VS accélérée et une CRP haute. Radiologiquement elle se caractérise par un pincement de l'interligne articulaire correspondant à l'épaisseur des deux cartilages qui sont radio transparents.(la mesure se fait entre les deux limites osseuses qui se font face et sont radio opaques : la diminution de hauteur correspond à l'usure du cartilage et se mesure régulièrement pour apprécier la vitesse de progression de l'arthrose évaluée à 1 ou 2/10° de mm/an et rechercher notamment les formes sévères d'arthrose destructrice rapide avec vitesse de pincement parfois supérieure à 2 mm annuel) mais surtout par un ostéophyte indispensable au diagnostic : c'est le bec de perroquet populaire.

L'arthrose est un mot français qui correspond à « l'ostéoarthrite » dans les pays anglo-saxons. Elle est fréquent à la colonne, aux genoux et aux hanches mais aussi au niveau des pouces et des mains. Elle épargne globalement les articulations "pendantes" comme l'épaule, le coude et le poignet mais aussi curieusement la cheville, pourtant articulation « portante », qui possède un cartilage très épais et très résistant sauf s'il a été le siège de lésions traumatiques, berceau de l'affection.

À la hanche on parle de coxarthrose, au genou : de gonarthrose, à l'épaule : d'omarthrose, au pouce : de rhizarthrose, à la colonne : de cervicarthrose, dorsarthrose et lombarthrose...

Si l'ensemble de la population présente très tardivement des stigmates anatomiques d'arthrose, beaucoup n'en souffrent pas. C'est ainsi que la prévalence de la coxarthrose douloureuse est de 10 % en France, qu'elle est de 17 % pour la gonarthrose (1). L'affection commence généralement à se manifester après la cinquantaine devenant ensuite de plus en plus fréquente à mesure que les décennies s'additionnent. Elle touche plus tardivement mais plus fréquemment les femmes. (cf. tableau Guillemin (2) ACR 2010).

Elle est favorisée par les traumatismes articulaires répétés, les micro-traumatismes notamment professionnels, l'obésité et le surpoids.

Elle est favorisée par les défauts d'axe des membres, les ruptures tendineuses et ligamentaires. Elle comporte enfin un certain degré d'hérédité.

1-M. Piperno. L'arthrose vue par le rhumatologue. 2012. http://www.orthopedie-lyon.fr/

2-F. Guillemin. Prévalence de la gonarthrose et de la coxarthrose douloureuse en France. A 2096 -ACR 2010 Atlanta USA

Découvrez Cuivramine® pour soulager vos articulations

Achat Cuivramine